Facebook

Csil

Bon… ça me trotte dans la tête depuis un petit moment, aujourd’hui je me lance. Je vais te partager mon grand coup de cœur graphique de l’année qui vient de se terminer. Comme c’est un très très grand coup de cœur, genre je suis en amour total de son travail, ça ne va pas être facile de poser des mots. Plus j’aime, plus c’est difficile…. Mais comme il ne faut pas que tu passes à côté de son travail, j’y vais… Hop ! Elle s’appelle Csil. Elle a de la poésie qui coule de ses crayons. Un style reconnaissable entre mille. Il y a tant de tendresse dans ses dessins ! De la douceur aussi. Le trait mince et précis. Ses illustrations sont d’une telle finesse ! De la dentelle merveilleuse … J’aime, j’aime, j’aime ! Ses personnages sont magnifiques, adorables. Tellement que t’as envie de les prendre dans les bras ! Dans ses ciels, souvent, des nuages. Presque enfantins. Doux et moelleux. Juste parfaits. Et quand elle te croque une ville, Csil, t’en as pour un moment à te balader dedans ! Tu t’y perds un peu et puis tu choisis une maison, celle qui serait juste parfaite pour toi. Là, au troisième étage…Tu choisis ta fenêtre et tu t’installes. Elle est forte, aussi, Csil, pour te mettre juste ce qu’il faut comme touche de couleurs dans ses illustrations en noir et blanc.   Vraiment, si tu ne connais pas encore, fonce…   Les deux premiers livres illustrés par Csil que j’ai eu entre mes mains sont deux albums écrits par Séverine Vidal, publiés par les éditions Winioux. Une « petite » maison d’édition, mais si grande par la qualité des livres qu’elle propose… Deux livres donc… Offerts à de maintes reprises, tant je les aime ! Des perles. Des trésors à serrer contre son cœur. Pour la beauté du texte et des illustrations qui se font si bien écho… « Rien qu’une fois » et « 55 oiseaux ». Deux livres bien différents. Le premier pour rêver. Pour ouvrir tous les possibles. On la suit, la petite fille, au fil des pages. Et on découvre ses envies, fortes, ses rêves un peu fous… des petits riens qui font voir la vie en grand !     Planter des mots et les regarder pousser, dans mon grand potager… M’allonger sur un nuage… Changer les couleurs du monde, d’un claquement de doigts…   Le livre refermé, sourire au lèvres, tu te surprends à composer ta propre liste. Et puis si tu veux inviter des enfants à écrire, ce livre est juste parfait pour une petite séance « à la manière de… »   Le deuxième, il est parfait pour apprendre à compter. Jusqu’à 10. Mais pas que … Parce qu’il y a un brin de poésie et de malice, à chaque page ! Ce livre accordéon, tu peux le parcourir page après page, où le déplier en plein pour admirer une longue fresque. Les oiseaux de Csil me mettent tellement de sourires ! J’adore leur bouille ! Lors de notre rencontre à un salon du livre, l’éditrice m’avait glissé entre les mains des oiseaux de papier à découper et à monter. Depuis, ils ornent les branches au-dessus de ma table. J’en ai de la chance, non ? Et au fait, pourquoi 55 oiseaux ? Une petite farce mathématique, je te laisse chercher… Moi j’ai trouvé !     Les deux livres suivants dont j’ai envie de te parler sont écrits par Ghislaine Roman.   Tout d’abord « J’veux pas y aller ! » Oui, mais…où ? Les indices sur la couverture ne laissent aucun doute… Masque, tuba, bouée, bonnet de bain… Et à chaque petit baigneur d’y aller de sa propre excuse… Avec une dose de bonne ou…de mauvaise foi ! Florilège :     Et puis le deuxième… « Non ! J’irai pas ! » Encore ? Et cette fois-ci, on tente d’éviter quoi ? Dans la lignée de la trouille de sauter dans le grand bain, ce sont à présent les petites et grandes frayeurs liées à l’entrée à l’école qui se déclinent au fil des pages. Toutes ces appréhensions, la grande peur de l’inconnu…   Et si j’y arrive pas ?     Et si ça se passe pas bien avec les copains ?     Et quand la rumeur s’en mêle, il y a de quoi avoir les chocottes :     Ces deux albums sont précieux. Ils permettent d’aborder, avec une juste dose d’humour, ces situations qui semblent d’immenses montagnes à gravir. Quand cela semble impossible, mais qu’une fois son courage pris à deux mains et bien, on y arrive et …On est fier ! Tellement ! Petits ou grands, on connait tous ça, non ?     (Mais, oui…allez…Tu peux le faire !)   Je ne me lasse pas de parcourir ces deux galeries de personnages. Tendres, drôles, attachants. Et les textes de Ghislaine Roman… petits poèmes qui rythment si bien une lecture à voix haute, petite musique de la langue, un régal à partager !     Ensuite, il y a celui-là…  «Le vilain défaut ». Ecrit par Anne-Gaëlle Balpe. Faut que je te raconte. Au dernier salon de Saint-Paul-Trois-Châteaux, je me suis trouvée toute bête devant sa table de dédicaces. Je l’ai lu, d’une traite et j’en ai eu les larmes plein les yeux. Parce qu’il m’a touché, droit dans le cœur, fort ! Dans ma tête, ça se bousculait sévère… J’ai pensé à mes élèves, qui avancent tous dans la vie avec leur différence, leur « vilain défaut ». Leur chromo en trop ou leur p’tit truc en moins. Mes supers-héros que rien n’arrête, mes...